Ne tonds pas de Yaks !

Article publié sur Medium

Récemment un de mes collègues m'a fait découvrir le concept "aller tondre le Yak !", expression apparemment entrée dans le lexique du MIT media lab il y a 15 ans.

Il existe un article Yak shaving dans Wiktionary Anglophone mais rien dans Wikipedia Français.
Et comme je n'ai pas envie de tondre de Yak pour le moment, je préfère poster ici la traduction de la définition non technique de « Tondre le Yak » de Seth's Godin plutôt que de me lancer dans la rédaction de son article Wikipedia.
Bien que je sais que je suis déjà en train de tondre le Yak au moment où j'écris ces lignes 😀.

La tonte de Yaks est la dernière étape d'un enchaînement de tâches nécessaires pour réaliser un tout petit truc qui devait au départ prendre « juste 2 minutes » 😧


👉 Exemple « Je veux nettoyer la voiture aujourd'hui »

« Oups, le tuyau est encore cassé depuis cet hiver. Il va falloir que j'aille en acheter un nouveau au supermarché ! »

« Le supermarché est sur l'autre rive, il faut passer par le pont Tappan Zee mais il y a le péage et sans mon EZPass je vais attendre un temps fou dans les embouteillages !»

« Mais oui ! Je peux emprunter le EZPass de mon voisin ! »

« Je pense que Bob ne me prêtera pas son EZPass tant que je ne lui aurais pas rendu le super coussin que mon fils lui a emprunté ! ».

« Nous n'avons pas rendu ce fichu coussin parce qu'une partie de son rembourrage est sortie et nous avons besoin de laine de Yak pour le réparer ! »

Et vous la connaissez la suite, vous êtes au zoo, en train de tondre un Yak, tout cela pour simplement laver votre voiture ! 🙄


Ce phénomène de la tonte de Yaks a tendance à toucher certaines personnes plus que d'autres, mais ceci est particulièrement problématique quand tout un groupe d'individus est impliqué.

Voici pourquoi des solos entrepreneurs ou les petites organisations sont plus à même à réaliser des choses. Ils ont moins de Yaks à tondre !

Alors, que faire ?

👉 Ne pas aller au supermarché pour réparer le tuyau !

À la minute où vous commencez à prendre la route de la fête de la tonte de Yaks, c'est le moment de faire un compromis.

Faire quelque chose correctement tout de suite est une bien meilleure décision que de le faire parfaitement plus tard.


Je sens que je vais énormément utiliser cette expression, car je passe beaucoup de temps à la tonte de Yaks.

Par contre, je me fais la réflexion que c'est ce chemin de la tonte de Yak qui permet de découvrir des problématiques, des pains. Cette route est le point de départ de la sérendipité, cela permet d'aller au fond des choses.

Au final, je pense qu'il ne faut pas s'interdire la tonte de Yaks mais il faut avoir conscience du phénomène afin d'avoir la capacité d'être focus.

Autre question que je me pose : comment trouver le bon équilibre entre « Ne pas tondre de Yak » et les recommandations du chapitre « Quick Fixes Become Quicksand » du livre « Practices of an Agile Developer » ?

Je pense que le timeboxing peut être une bonne solution, un cadre qui permet de garder un bon équilibre entre ne pas trop tondre de yaks et de travailler un peu sur la dette technique pour éviter les quick fixes.

Illustration du yak shaving dans le monde de l'informatique